C O S T O S O Forum

Unfortunately no one can be told what FluxBB is - you have to see it for yourself.

Vous n'êtes pas identifié(e).

#1 2007-02-04 09:46:50

jacinto
Administrator
Inscription : 2022-01-20
Messages : 11
Site Web

Bertran Blier

----P A R K I N G virtuel -->

parkxyz.jpg

---P A R K I N G reel -->

parkxyz1.jpg

---P A R K I N G virtuel salle du gardien -->

parkxyz2.jpg

--P A R K I N G peint -->

parkingC.jpg

P A R K I N G peint<-- jpg

P A R K I N G peint<-- jpg

P A R K I N G peint<-- jpg

P A R K I N G peint<-- jpg

P A R K I N G<-- vrml

P A R K I N G<-- vrml multiuser blaxxun

P A R K I N G<-- vrml multiuser n3dme

P A R K I N G<-- mpg , film animation (11 Mo)

**************************--------------------------------------
note : clic droit --> ouvrir dans une nouvelle fenetre
note : clic right --> open new windows

**************************--------------------------------------
Les valseuses
Laffont, 1972 p.9-11; j'ai lu 543.


[Vivre son adolescence dans les cités-dortoirs donne tôt le désir d'évasion. On vole une DS
--c'est facile --
on fonce sur les routes dans l'espoir de rencontrer enfin l'aventure et l'amour.
Et au bout d'un roman brutal mais plein de
tendresse mal cachée, la mort...]

On est des cons.
On a commancé par piquer une bagnole, comme ça. Juste histoire de faire un tour, parce qu'on savait pas quoi faire. Le samedi, on sait jamais quoi faire. Le dimanche non plus d 'ailleurs. Le cinéma ça nous emmerde les filles sont connues et puis faut du blé, et on en a pas.
Une 21 a injection, toute neuve, et garée dans une petite rue déserte : on pouvait pas laisser passer ça. Et plutôt pute, comme berline. Je pose la main sur le capot : le moteur était encore tiède.
Ca détonnait, faut dire. tant de somptueux métalisé, de cuir et d'appuie-tête, dans cette allée jonchée de familliales croulantes, terne chrome et compagnie. Une luxueuse des beaux quartier perdue en pleine périphérie. Un pur-sang égaré. Normal qu'on reste en arrêt.
Neuf heures. Je scrute tous les coins sombres. Les portes cochères et les balcons. Derrière chaque fenêtre de la résidence, y a l'écran qui scintille, bleuté. Une rumeur de feuilleton nous enveloppe, rassurante. Dehors,pas l'ombre d'un déserteur. L'occasion ou jamais. Dans la vie faut savoir se lancer.
Surtout que la DS c'est le pied. Vachement facile à piquer. En deux temps trois mouvements je montre le truc a Pierrot. A l'extrémité de l'aile arrière, t'as un boulon. Suffit d'avoir la bonne clé, une clé de douze, et j'en ai toujours une sur moi. Tu défais le boulon, tu tires sur l'aile et l'aile se tire. C'est étudié pour, en cas de crevaison. Pour changer ta roue arrière, faut ôter l'aile. Original, comme système. Et marrant. transformation du client en carrossier. Ils ont travaillé pendant des années, les ingénieurs en blouse blanche, pour arriver à cette trouvaille. Depuis 1934 ils cherchaient, depuis la "'onze". Merci les gas. ça nous permet d'empreinter des D.S. en douceur.
Une fois l'aile désossée, apparaît le mécanisme de verrouillage de la portière arrière. Petit coup de pinse : ça s'ouvre.
C'est la que Pierrot m'a dis : "regarde". Et il a ouvert la portière avant. Elle étaint pas fermée à clé.
--ça fait rien, je lui réponds. Comme ça tu sauras pour la prochaine fois.
Je remets l'aile, avec boulon et tout, puis on enfonce nos culs dans les sieges moeleux. La bagnole soupire d'aise. Restait plus qu'à la faire démarrer. Et elle demandait que ça, la salope. il aurait mieux valu qu'elle cale, qu'elle se noie, qu'elle se bouche le gicleur.
Faire démarrer une 21, c'est comme n'importe quelle autre voiture. Suffit de trafiquer les fils. C'est ce que j'ai fais, avec brio.
__Regarde ta montre, que je dis à Pierrot, et compte.
Trois minutes, il m'a fallu, pas une de plus. il était salement impresionné, Pierrot, devant le voyant rouge du contact allumé. Y'a pas à dire, ça sert quand même d'avoir bossé dans un garage, ne serait-ce que quinze jours.
Le moteur est parti du premier coup. Coup d'oeil à la jauge : y avait le plein. Merde! quand je pense
qu'on aurait pu pousser jusqu'à Paris. Avec un engin pareil, de nuit, personne sur les routes, on blinde à tout va, on serait arrivés facile avant le lever du jour.
Paris : un sacré bout de temps qu'on avait envie d'y aller. Paraît qu'à Saint-Michel y a de l'ambiance toute la nuit, des gratteurs de guitare sous les ponts, des grappes de dingues qui dorment à même les quais.
Aller voir ça de plus près. voilà ce qu'on aurait dû se payer. Pas lésiner sur la distance, s'offrir le grand voyage. La capital, carrément, Les Champs, Pigalle, se faire flâneurs toute la journée, légers touristes, cousins de province. Et puis revenir en stop, pacifiques, en profitant d'un bon poids lourd, de préférence avec couchette. ça nous aurait changé de notre merde à la Toulousaine.
Seulement, voilà : on est des cons. Au lieu de s'envoyer le vrai dépaysement, on a pas voulu prendre de risques et on a fait juste un petit tour jusqu'à Narbone-plage, en voisins. Tu parles d'une prudence! Une vraie course aux pépins!
Pierrot avait envie de se baigner et moi aussi. Pierrot et moi on est toujours d'accord, surtout pour faire des conneries. Alors on a pris la route de Narbonne.
Au bout de dix minutes, on crève, une roue arrière, naturellement. obligé de ressortir ma clé de douze, de me coltiner cette putain d'aille. Autan vous dire que le pneu crevé on l'a laissé dans un taillis.
Ensuite j'ai mis toute la gomme possible, je me suis vengé sur la mécanique. Je voulais que la bagnole demande pardon. Mais ça demande jamais pardon, une 21. A moins de conduire comme un gland. Et justement, j'ai conduit comme un chef.
Toulouse-Narbonne en une heure trente. Des dangers publics. Pierrot disait rien. Il avait les foies mais il disait rien. Pourtant je lui faisais
la vraie démonstration, exprès, pour qu'il ait encore plus les foies. Débouler à tombeau ouvert dans les virages non relevés, rajouter de la sauce alors que les pneus gueulent à mort, foncer pleins phares dans des villages truffés de carrefours sans visibilité, je lui déployais le grand jeu. Travail conjugué des deux pieds, accélération et freinage
synchrones, utilisation optimun de la mécanique, 6 000 tours en troisième, un récital.

Hors ligne

#2 2007-02-04 09:49:16

jacinto
Administrator
Inscription : 2022-01-20
Messages : 11
Site Web

Re : Bertran Blier

histoire du premier feu d artifices virtuel du 14 juillet 2005:

Nous partons voir le feu d"artifice communale,
devant la caserne des pompiers, imaginer vous que c'était une longue attente, avec des enfants
qui s'impatiente. Le feu est enfin lancé depuis une demeure abandonnée et musicalisée...
De retour a la maison:
J'avais prévu une surprise en entrant chez moi,
Hector et moi, on se connecte sur deux ordi, vers 00h00 le 14 juillet 2005,
et je lance la procédure de feu d'artifice virtuel sur le parking.
Dans le chat de la 3d de blaxxun, j'entre un chiffre de 1 a 7 et je valide çà provoque l'envoi de la comète,
Hector fais pareil depuis son ordi et hop l'évènement se met en route.
Cette nuit la en France peu de personne était sur internet , vue qu'ils étaient au bal des pompiers, donc le réseau
se trouvais alléger, et ainsi le parking fini par se remplir d'une quinzaine de personne du monde entier, et la fête dura longuement,
même plusieurs jours après des visiteurs revenaient
Tous faisais "des 1" des "5" des "6", et les artifices (shared) pétais à fond au dessus du parking.

J'ai renouvelé l'expérience en 2006.
----------
pour faire marcher le feu:
1- Ouvrir le parking :
http://eol.free.fr/monde3d

2- Faire la nuit soit en écrivant "nuit" sur le chat et valider.
soit en cliquetant l'icône de la lune.

3- S'orienter vers l'évènement en plaçant la lune dans son dos, et en regardant le ciel.

4- a) écrire dans le chat "feu" puis valider
b) entrer les chiffres "1" ou "2" ou "3" jusque "7" dans le chat et valider.

Voila

pour arrêter écrire "feustop" .


Jacinto Costoso

Hors ligne

#3 2007-05-10 17:18:03

jacinto
Administrator
Inscription : 2022-01-20
Messages : 11
Site Web

Re : Bertran Blier

parkart.jpg

Hors ligne

,
[Bot] CCBot

Pied de page des forums

[ Générées en 0.026 secondes, 9 requêtes exécutées - Utilisation de la mémoire : 1.65 Mio (pic d'utilisation : 1.73 Mio) ]